Sandrine ou le sourire d’une femme qui revit à nouveau.

Après plus de trois ans de souffrances et de galère,  Sandrine, 44 ans, mère de deux enfants peut à nouveau sourire. Les sévices et battues de toutes sortes qu’elle a endurées dans son foyer ne sont plus que de lointains souvenirs pour celle qui, renait et revit grâce aux activités génératrices de revenus d’AZUR Développement à Pointe-noire.

Le moins que l’on puisse dire est que Sandrine, 44 ans vient de loin. Pendant trois ans, elle a subi toutes sortes d’humiliations et comportements dégradants: battues, tortures orales et physiques, maltraitance, injures…bref un véritable enfer qui n’avait de foyer que le nom. Mère de deux enfants fréquentant des milieux scolaires, l’ainé à Loudima et sa cadette à Pointe-Noire.

Avec presqu’aucune assistance des proches et aussi de la famille, elle est restée dans son foyer parce que ne sachant où aller.

C’est grâce aux responsables de son quartier qui vont l’emmener au guichet unique des femmes et jeunes filles victimes de violence que son calvaire va prendre fin. Le salut est venu du Projet Autonomisation économique des femmes et filles vulnérables en zone rurale et urbaine à l’ère du numérique financé par le Fonds La Francophonie avec elles de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) porté par AZUR Développement, qui lui a octroyé un activité génératrice de revenus  d’un montant de 75 000 frs (115 euros) pour relancer son activité de fabrication et vente du manioc. Un soutien important accompagné d’un autre réconfort matériel et moral « J’ai été bien accueilli par les responsables  d’AZUR Développement et son équipe qui, face à ma détresse n’ont pas hésité à me trouver un toit, en me louant une maison où je vis actuellement avec ma fille de 17 ans, l’autre enfant garçon vit chez sa tante » a dit Sandrine et d’ajouter « Depuis un mois, je fais du manioc que je dépose au quartier Matendé et Nanga. Après la vente, je passe récupérer l’argent. Cette activité me permet de subvenir à mes besoins et de m’occuper de ma fille » a-t-elle renchéri.

Ces recettes journalières varient entre 9500 (15 Euros) et 15000 frs CFA (23 Euros) ce qui lui permet de vivre certes modestement avec moins d’angoisse qu’avant où les recettes  étaient de 1500 (3 Euros)  à 2500 frs FCFA (4 Euros) par jour. « J’ai maintenant plus de fonds dans mon petit compte qu’avant de connaitre cette organisation AZUR Développement ».

Collégienne puis lycéenne à Loudima dans sa tendre enfance, Sandrine qui aujourd’hui retrouve le sourire n’a pas été épargné par la covid-19 qui a réduit les jours de ses ventes au marché  sans oublier les coûts fluctuants des produits et la fermeture durement ressentie de certains restaurants clients. 

Son ambition est d’ouvrir un compte bancaire pour épargner son argent et à l’avenir diversifier les activités car son état de santé ne lui permet pas d’exercer longtemps cette activité.

Régulièrement,  Sandrine vient suivre les formations données par AZUR Développement pour permettre aux femmes et jeunes filles, bénéficiaires des activités génératrices de bien gérer leur argent ainsi que les fondamentaux pour pérenniser leur activité. « Je  suis très reconnaissante à l’endroit d’AZUR Développement  qui non seulement m’a sortie de la situation presqu’alarmante dans laquelle je me trouvais mais aussi m’a permis d’exercer une activité lucrative ». Mon fils que je soutenais difficilement au lycée depuis Loudima m’a demandé : maman qui te prend en charge ? Tu es redevenue belle… Alors j’ai répondu que c’est AZUR Developpement, et à ajouter où vit-il ? Je l’ai dit au Grand marché. Le jour qu’il a su que c’était une ONG, il a décidé de visiter AZUR Développement. Très fière de nous vous voir être logé très bien et mieux qu’avant.

Toutefois, son ambition est de rendre prospère son activité, diversifier son commerce et surtout de s’autonomiser. Cela passe par la volonté, l’abnégation et aussi le sérieux dans la conduite et la gestion l’activité a-telle dit avec un brin de sourire qui en long sur cette femme qui revit à nouveau.

 

You May Also Like