Tayuwana, des âmes intrépides au cœur du quartier Foucks à Pointe-Noire

AZUR Développement travaille dans la mise en œuvre de son projet de « Promotion des droits et autonomisation socio-économique des femmes et filles vulnérables » avec une quinzaine d’organisations de femmes et de filles. Ce projet subventionné par l’Union européenne, s’étend sur une durée de 30 mois et couvre les départements de Brazzaville, Pointe-Noire et la Bouenza.

Cette collaboration avec les organisations de la société civile a l’avantage d’amplifier la voix des femmes et filles vulnérables. Parmi les organisations de la société civile (OSC) sélectionnées dans le cadre de ce projet, il y a Tayuwana.

Tayuwana est une association à caractère social et d’action humanitaire qui regroupe les femmes séropositives et affectées. Créée en Octobre 2003 à Pointe-Noire sur l’initiative du docteur Olivier M. qui a proposé aux femmes atteintes du VIH de se constituer en association. Après avoir travaillé dans un premier temps avec le Centre de traitement ambulatoire (CTA) de Pointe-Noire, l’association a son siège au quartier Foucks, dans la rue WoliMongni derrière l’église protestante. Aujourd’hui c’est une référence en matière de promotion des droits des femmes séropositives à Pointe-Noire.

Le terme Tayuwana qui en français signifie « Entendons-nous », résume assez bien les objectifs de cette association : renforcer les liens d’amitié, de solidarité et de collaboration entre les femmes vivants avec le VIH, soutenir moralement, socialement et matériellement les femmes séropositives, informer les Femmes sur les données les plus récentes et fiables concernant la maladie et son traitement, participer à la lutte contre la propagation de la maladie.

Les principales activités de Tayuwana

L’association mène des actions de sensibilisation auprès des femmes dans les CSI, et fait du porte à porte dans les quartiers afin de sensibiliser les populations sur l’importance du dépistage et à l’identification des cas de personnes séropositives : « Nous avons été formées par serment universel pour travailler avec les femmes à domicile. Ensuite nous avons bénéficié d’une formation sur le conselling qui nous a permis d’accompagner les femmes dans les CSI afin de les préparer quelque soit le résultat du test dépistage. Si le résultat est négatif, nous leurs conseillons sur les méthodes de prévention. S’il est positif, nous orientons les femmes vers le CTA  ».

Accompagnement psychosocial

Tayuwana assure un suivi psychosocial des femmes sous AVR (anti retroviraux). Elle organise des activités de regroupement comme les repas conviviaux, des visites à domiciles de leurs membres, des groupes de paroles dans les CSI, des formations sur la thématique VIH/SIDA et des séances d’accompagnement psychologique, ainsi que des sorties thérapeutiques des enfants affectés avec le psychologue.

Les femmes de Tayuwana ont été invitées plusieurs fois à partager leur vécu à visages découverts auprès du grand public. Elles ont témoigné : « Pour un début, ça a été difficile pour les femmes d’adhérer à cette action. Parce qu’il fallait lever le voile de confidentialité. On nous a demandé  pour obtenir un récépissé des photos qui ensuite étaient affiché au parquet central de la ville. Certaines femmes se sont vues être rejetées dans leur famille ».

Différents partenaires de Tayuwana

Tayuwana travaille en collaboration avec le Guichet unique d’assistance aux femmes mis en place par AZUR Développement et ASI, dans le cadre du volet protection des femmes séropositives victimes de violence.

L’association a travaillé avec plusieurs partenaires financiers dans le cadre de leurs actions : la Croix rouge, l’Union européenne, l’ONUSIDA, le Lycée Charllemagne, le PADEP, le PAM. Actuellement, Tayuwana mène en collaboration avec la fondation AVSI, et Avenir Positif le projet Amélioration de l’accès aux soins et soutien en faveur des enfants et adolescents infectés par le VIH et leur famille dans la ville de Pointe-Noire.

Le projet de « Promotion des droits et autonomisation socio-économique des femmes et filles vulnérables » vise à contribuer à l’amélioration de la situation des groupes cibles suivants : 4000 femmes vulnérables dont 400 femmes victimes de violence, 1290 femmes séropositives, 1320 femmes économiquement défavorisées et 900 déplacées, 2000 filles, 2000 hommes dont 500 déplacés et 1500 garçons dont 500 déplacés. Ainsi, à travers ce projet, 15 OSC bénéficieront des formations afin d’être plus opérationnelles et des interlocuteurs crédibles capables d’amplifier la voix des femmes et des filles vulnérables.

You May Also Like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *