Valérie se bat pour son indépendance financière

Née d’une famille modeste, Valérie âgée de 55 ans habite la ville de Nkayi dans le département de la Bouenza. Veuve, elle a 3 enfants, dont 2 enfants qui fréquentent l’école primaire et un au lycée.  Très joviale, elle est vendeuse au marché central de Nkayi, avec spécialité le fumage de poissons et la  vente de poissons fumés.

Avec cette activité, elle arrive à faire face aux problèmes de scolarité de ses enfants, ce malgré quelques difficultés conjoncturelles. Peu avant la pandémie de la covid-19, Valérie vendait à la hauteur de 20 000FCFA (31 euros) à 25 000 FCFA (39 euros) par jour.

A noter qu’au départ, madame Valérie pilotait son projet sans capital (fonds de roulement) et se prêtait aux emprunts du poisson auprès d’une chambre froide et remboursait l’argent auprès des fournisseurs après la vente du poisson fumé.

Aujourd’hui, grâce à l’appui financier du projet de l’ONG AZUR Développement « autonomisation économique des femmes et filles vulnérable en zone rurale et urbaine  à l’ère du numérique» financé par le Fonds de la Francophonie avec elles de l’Organisation Internationale de la Francophonie, elle a désormais un capital un capital de 62 000 FCFA (95 euros), ce qui permet d’acheter la marchandise en espèces et d’autres accessoires.

Le financement de cette activité génératrice de revenus a changé fondamentalement les habitudes de Valérie ; autrement dit elle a du poisson en permanence sans rupture et le bois de chauffe. Ce qui l’emmène à vendre à peu près 20 000 FCFA (31 euros) à 30 000 FCFA (46 euros) par jour.

Valérie exerce cette activité, à Nkayi, depuis 1997; elle l’a hérité de sa défunte mère. Son souhait est de vouloir diversifier son activité. Elle souhaite vendre d’autres produits comme les queues de porcs, poulets, côtes … Elle a déclaré qu’elle va ouvrir un compte épargne dès que possible.

Aujourd’hui « je loue les efforts de l’ONG AZUR Développement pour l’appui financier qu’elle m’a accordé dans mon activité, car je me bats avec la force pour mon autonomisation » a souligné Valérie.

Jean Pierre ONTSAI

You May Also Like